Créer un site gratuitement Close

Décapage

C'est ici que ça commence vraiment, les trucs pas sympas. C'est là où calent les gens qui ne sont pas fait pour ça, parce que là, on a les doigts dans la m...., jusqu'au cou.

On avait décidé de défaire toute la moto de toute ses couches de peinture et d’apprêt pour repartir sur du neuf. Je sais que tout le monde est pas d'accord avec moi, qu'il vaut mieux garder la couche de peinture d'origine pour faire une couche supplémentaire de protection et que certains métaux sont traités etc... Ils ont probablement raison et moi tort, mais mon esprit un peu tortueux a du mal à concevoir qu'on puisse faire les choses bien en mettant du propre sur du pourri. C'est comme mettre du parfum et des vêtements propres alors qu'on s'est pas douché depuis 3 jours. Alors, je trace ma voie, au risque de me tromper et de reconnaître que les autres avaient raison.

Alors, début de l'histoire. Grattage, grattage encore, puis encore et c'est pas simple. Mais avant, on prend en photo toutes les particularismes de la peinture et des liserés dorés pour pouvoir les reproduire le plus fidèlement possible, quand le moment sera venu. Au fait c'est quand ?

Ne pouvant pratiquer un sablage, j'ai opté pour un décapage chimique, le V33 DECAPANT GEL EXPRESS.

img-0134-copie.jpeg

On a badigeonné ce produitau pinceau  à raison d'une couche de quelques millimètres sur la pièce à décaper.

img-0143.jpeg

On a fait ça dans l'atelier et ça n'a pas été tenable. Le mode d'emploi disait presque sans odeur. Tu parles!!! Dans un local fermé, c'est juste infect. J'ai emboucané toute la cage d'escalier. Horrible. Port des gants obligatoires. ( Gants à vaisselle CARREFOUR 1 euros 20 la paire )

Ça pue, c'est loin d'être écolo et ça ne règle pas tout. Le mode d'emploi parle de 3 à 30 mn de temps d'exposition. Il vaut mieux compter sur 30 très grosses minutes pour un résultat partiel.( Ca, c'était la boite à outils )

img-0135.jpeg

Ensuite, on gratte à la spatule. Seule la peinture qui a cloqué sous l'effet du produit part vraiment bien.

img-0137.jpeg

Aprés, on effectue un lavage soigneux au produit vaisselle et jet d'eau, pour pouvoir continuer le travail sans s’abîmer les doigts.

La peinture qui a résisté, j'en vient à bout au décapeur thermique, qui lui, çale toutes les 20 minutes, pour un temps de refroidissement de 30 minutes !!! Super !!!

Le reste, je le fais au papier verre métal gros grain de 80, soit à la ponceuse si les surfaces sont planes, soit à la main. Pour les finitions, je crois que rien ne remplace la main.

Au final, pour la boite à outils, ça donne ça:

img-0140.jpegPour éviter que la rouille ne fasse son nid, j'ai passé sur chaque pièce décapée une couche d'huile moteur neuve. Simple précaution mais sur un métal âgé de 58 ans, c'est vite fait.

Bref, un joli comte de fée. Je dois être un peu masochiste car je me régale quand même.

Pour le moment, nous avons décapé la boîte à outils, les supports de repose pieds arrière et le bas du garde boue arrière. Le porte bagage est en cours. On verra comment se passera la suite.

capture-du-2011-12-24-16-51-40.pngLe 02 Novembre 2011 n'apporte pas de mauvaises nouvelles.

Le décapage se poursuit dans des conditions tout à fait convenables. Ci joint une photo de l'ensemble des pièces décapées à ce jour.

img-0159.jpegNous commençons à bien connaître le décapant fer qui ne fonctionne bien qu'en appliquant de généreuses couches, la pièce étant posée à plat. Les côtés ou le dessous d'une pièce ne seront que très partiellement décapés car pour que le produit pénètre, il faut que la partie à exposer soit dessus.

 img-0160.jpeg

 Mais je le répète, ce n'est qu'une aide, ce n'est pas magique. Parfois même, ça marche mieux sur certaines pièces que sur d'autres mais dans l'ensemble, ça va, ça va même bien. On se revoit dés qu'il y a du nouveau.

capture-du-2011-12-24-16-51-40.png07 Novembre, nous avons décapé le garde boue avant et arrière au décapant V33. Finalement, ce produit marche bien mais il faut l'appliquer en couches généreuses et lui laisser le temps d’agir une bonne trentaine de minutes.

Seul l’intérieur des garde boue n'est pas encore terminé. La peinture qui se trouvait à l’intérieur est partie sans difficulté. Il nous reste à gratter la rouille, très présente dans le passage de roues. Nous avons acheté une brosse métallique à monter comme embout sur la perceuse. Ça devrait pas mal fonctionner. On verra et on reparlera après.

Nous avons essayé de décaper la fourche et là, c'est pas la même histoire. La peinture noire a très bien lâchée prise mais toute la fourche est recouverte d'une espèce de sous couche verte, comme la carlingue des Airbus à la fabrication . Ce traitement résiste au décapant fer. Je vais tenter de la faire lâcher au décapeur thermique et au papier verre. On verra le résultat.

img-0167.jpeg

Le cadre aussi est recouvert de cette sous couche et ce sont les deux seules pièces à avoir subi ce traitement de faveur.

Il ne reste plus que le réservoir et le cadre à traiter. J'ai trouvé sur les forums des topics qui me semblent tout à fait brillants sur la manière de traiter les réservoirs sans faire sauter le quartier. Je vais tester le procédé et si ça marche, comme je le crois, je mettrai le lien en ligne.

Bon ben voilà, pour aujourd'hui, je crois que c'est tout.

capture-du-2011-12-24-16-51-40.png13 Novembre 2011, le décapage se poursuit. La fourche étant terminée, nous avons poursuivi par le cadre, sacré gros morceau, et par la béquille.

Le cadre n'a fait absolument aucune difficulté. Le décapant V33 a été très efficace et il l'est d'autant plus chaque fois qu'il y a sous la peinture, cet apprêt vert qu'on retrouve sur la fourche. La peinture noire s'est pelée comme une peau de banane.

img-0181.jpegLe résultat final laisse apparaître un cadre en excellent état, à part quelques zones de rouille qui se formaient à proximité de la colonne de direction.

img-0182.jpegMaintenant, il ne reste plus qu'à se retrousser les manches et à gratter au papier verre pour le débarrasser de cette peinture d'apprêt.

La béquille, dont je pensais venir à bout facilement, s'est montrée beaucoup plus tenace. La peinture qui la recouvre a parfaitement résisté au décapant gel. Je pense que c'est le même type de peinture que celle de la plaque carter  protégeant les chaînes de transmission. Pour en venir à bout, il avait fallu attaquer à la ponceuse.

Il ne restera que le réservoir à décaper et les petites pièces accessoires de carrosserie. Bref, il reste du boulot.

capture-du-2011-12-24-16-51-40.png

20 Novembre 2011: J'ai attaqué les hostilités ce matin à 7 heures. Drôle d’horaire pour un dimanche mais je voulais venir à bout du cadre et c'est une sacré pièce de métal. À 11 heures, c'était fait.

img-0018.jpeg

Le cadre a été décapé dans ses moindres recoins. La peinture verte d'apprêt a résisté plus que je ne l'imaginais et a fait preuve d'une résistance étonnante.

J'ai même pris soin de décaper le dessous du cadre, car pour une pièce aussi majeure,  il était hors de question des concessions sur quoi que ce soit. Le résultat est plutôt convainquant, du moins je crois.

img-0017.jpeg

Je suis probablement un peu trop sentimental mais en travaillant sur cette machine, je ne peux pas m'empêcher de penser à l'ancien propriétaire et à ce qui lui passait par la tête en avalant les kilomètres à son guidon. Il y a une part d'humanité, quelque chose de noble,  que je ne soupçonnais pas dans le fait de redonner la vie à de vieilles machines. Auraient elles une âme, nichée quelque part ? Qui sait !

capture-du-2011-12-24-16-51-40.png26 Novembre: Les pensées métaphysiques, c'est super mais ça fait pas avancer le boulot. Alors, on se retrousse les manches et on y va. Je me suis attaqué aux petites pièces ( tringlerie de la boite de vitesse, tringlerie de frein arrière, pédale de frein, levier de vitesse, pièces de la colonne de direction et de la fourche ), dans un froid glacial, avec le brouillard en prime.

J'ai appliqué la même méthode que pour chaque séance de  nettoyage, à savoir de l'eau savonneuse, grattoir type brosse à vaisselle ou tampon jex quand c'est possible. Une fois les pièces nettoyées, un bon rincage, séchage et passage au dégraissant mécanique. Pour les pièces de la direction, recouvertes de peinture, un bon nettoyage à l'eau savonneuse et brosse à vaisselle, séchage avant l'application du décapant gel V33, qui a globalement bien marché, sauf sur le gros ressort noir d'amortisseur avant, qui, je me gaffe du coup, va m'emm....jusqu'à la moelle. Bref, on verra. A l'issue, rinçage et brossage de nouveau à l'eau savonneuse  et passage au dégraissant mécanique. Rien de nouveau dans la manière.

Voici un petit aperçu de la salade de pièces qui attendent que je leur redonne l'éclat de leurs beaux jours. Au moins, ça me fait un peu de boulot devant moi, au chaud à l'atelier. La restauration l'hiver, c'est pas top.


img-0037.jpeg

A propos de l'éclat des pièces en acier ou en aluminium,  j'ai essayé le MIROR ARGENTYL, conçu pour le nettoyage de ces matèriaux. Et ben, c'est...NUL. je vais essayer des recettes trouvées sur les forums, parfois des recettes de grand mère, à base de bicarbonate de soude et d'eau, aditionné au besoin de CIF, de jus de citron et lessive en paillettes. Je sais pas ce que va donner. Je ferai un compte rendu détaillé aprés les tests.

capture-du-2011-12-24-16-51-40.png01 Décembre 2011: Question compte rendu, ça va être vite fait. Le bicarbonate de soude, même mélangé avec des tas de trucs, c'est bien sur le coup mais pas plus. Ça donne un peu de brillant au début mais ça redevient terne trés rapidement. Inutile de poursuivre dans cette voie ou de chercher encore des produits chimiques miracles. Les pièces resteront comme le temps les a faites. Je m'applique à les nettoyer au mieux, en chassant l'arrivée de la rouille. Ca ne brille pas comme un sou neuf sorti de la presse mais c'est quand même bien pimpant.

Le WD 40 finalement, apporte aux pièces traitées, un petit brillant tout à fait sympa.

Ce week end on continue. Nettoyage du reste de la salade de pièces. Finalement, je ne crois pas que le ressort d'amortisseur avant me posera autant de problème que prévu. Il faut que je le prenne à revers.

capture-du-2011-12-24-16-51-40.png4 Décembre, la salade de pièces est enfin décapée. Pour décaper les recoins, j'ai trouvé en magasin une brosse rotative en  embout de perceuse de la forme d'un pinceau. C'est pas mal du tout ça. Je vais mettre une ligne dans la rubrique des matèriels. 

Le ressort de suspension avant s'est prêté de bonne grâce à l'exercice alors que je craignais des complications.

img-0054.jpegPar contre, les complications sont arrivées là où je les attendais pas. Comme souvent d'ailleurs. Le démontage pièce par pièce de la selle conducteur n'a posé aucun problème. Il était quand même temps de s'en occuper parce que ça rouillait.

img-0056.jpeg

img-0055-1.jpegPar contre, la selle passager, qui se fixe sur le porte bagages, m'en a fait voir à me coller les nerfs.

img-0058-1.jpegC'est rouillé, grippé, inaccessible, difficilement démontable et parfois impossible à démonter.

img-0059.jpegLes deux derniers écrous qui tenaient l'assise de la selle sur son armature dépendaient d'une vis à la tête lisse, enfoncée dans une encoche de protection, non accessible. Les écrous tournaient dans le vide, sans que je puisse atteindre la tête de la vis. Bon, j'y suis quand même arrivé, en m'échinant, mais ce n'est pas mon meilleur souvenir de démontage.

Ces deux selles sont à remettre à neuf, sauf la sellerie cuir bien sûr, que je confierai à un bourrelier.

capture-du-2011-12-24-16-51-40.png
11 Décembre: Parce qu'il faut bien s’asseoir quelque part et que les selles ne sont pas faites pour les chiens, et bien je m'y suis collé. Triste état que celui des ressorts de la selle conducteur.

187.jpegEt bien, il suffit de peu, d'une perceuse et d'un embout en brosse metallique à 2 euros 50 pour faire ça. Pas mal non ?

188.jpegQuant au décapage des petits ressorts, j'utilise deux méthodes. L'une consiste à immobiliser le ressort à décaper en faisant passer un fil de fer en son centre et en bloquant le fil dans les trous emménagés dans le WORKMATE. Pas forcément le top car il faudrait tendre suffisamment le fil pour immobiliser complètement le ressort lors du décapage, ce qui est difficile à cause de la rigidité du fil,  mais parfois, ça rend service.

189.jpegJe préfère nettement la seconde option, très simple, qui consiste à tendre légèrement le ressort en reliant chacune de ses extrémité à un clou.

190.jpegC'est beaucoup plus efficace lors du passage de l'embout de décapage de la perceuse. Si le ressort n'est pas pourvu d'extrémités à accrocher, il reste la première méthode. Les deux se complètent. Bref, rien de nouveau quant à la méthode, mais ça marche.


 




 


 


 
 
 
Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site