Le guidon

Le guidon, les freins, l'accélération et l'electricité

08 janvier 2012

Après avoir repassé une couche d'huile moteur sur chaque pièce décapée ( Ce n'était pas pour rien puisque la boite à outils au centre du cadre commençait à rouiller de l’intérieur – seul endroit où je n'avais pas pensé à mettre de l'huile ), je me suis attaqué au guidon.

D'abord, démontage des poignées de freins. Rien d'exceptionnel si ce n'est que les vis et boulons de fixation sont percés et équipés d'une goupille de sécurité.

img-0149.jpgLe mécanisme d'accélération est logé à l’intérieur du guidon. Il faut d'abord retirer un embout métallique vissé au mécanisme

img-0143.jpgCe qui permet de retirer le tube qui fait office de poignée d'accélération, rendant visible la tringlerie d’accélération à l’intérieur du guidon.

img-0144.jpgUn bague fixée au guidon, sert à la fois de butée à la poignée d’accélération et permet grâce à une vis, de maintenir en place la tringlerie intérieure

img-0147.jpgLa tringlerie proprement dite est constitué d'un rail dans lequel circule l’arrêtoir de butée de câble

img-0148.jpgQuant au commutateur électrique, il est conforme au schéma découvert sur les forums, ce qui rendra le remontage du système électrique beaucoup moins angoissant que prévu.

img-0151.jpgPar contre, tout ça est rouillé, et dérouiller du chrome, ça risque de ne pas être aussi évident que ça. Bref, ce sera la prochaine étape.

capture-du-2011-12-24-16-51-40-1.png15 janvier

Il restait à trouver une méthode valable pour décrasser, dérouiller et faire briller les chromes. Après avoir parcouru de nombreux forums, nous avons retenu la méthode qui nous semblait la plus logique. D'abord, nous avons passé de la pâte à aviver sur le métal du guidon.La pâte ressemble à un petit lingot grisâtre d'une matière relativement dure, qui une fois appliquée, laisse une pellicule grise qui adhère encore mieux au métal là où il est le plus abîmé.

img-0155.jpgEnsuite, on lustre le métal avec un disque de feutrine monté sur la perceuse avec un embout d'adaptation. La feutrine noircit à toute vitesse, à plus forte raison si le métal est encrassé, ce qui était le cas de notre guidon.

img-0159.jpgIl existe des sortes de « chaussettes » pour recouvrir le disque de feutrine, lavables à la machine, à froid bien sûr, pour une utilisation ultérieure.

Le plus gros de la crasse étant partie, il faut passer un coup de MIROR ARGENTYL ( c'est le MIROR pour les chromes ) à l'aide de paille de fer de calibre 000, pour supprimer les points de rouille sans rayer le métal.

img-0157.jpgÇa demande de la patience et de l'huile de coude, mais ça fonctionne, c'est clair. On ne fait pas du neuf avec de l'ancien mais le résultat est surprenant.

img-0158.jpgRien n'empêche de réaliser ces deux opérations en sens inverse et de commencer par le MIROR et la paille de fer pour finir à la pâte à aviver, bien que pour ma part, il est préférable de décaper le métal d'abord pour y voir plus clair à la paille de fer.

 

 

Commentaires (1)

1. herbé ulrich (site web) 18/02/2012

Bonjours, je restaure comme vous cet hiver une alcyon type 23 mais de 1950. A part quelques petites pièces différentes, l'ensemble c'est la même chose. Allez savoir peut-être j'aurai quelques informations que vous n'avez pas et inversement. Bonne restauration.
Cordialement
Ulrich Herbé

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×