Le moteur - Démontage

capture-du-2011-12-24-16-51-40-1.png

26 Février 2012

Et maintenant le moteur. J'attendais avec impatience ce moment et le réalisme me ramène à une réalité qui rend humble. Je suis loin de maîtriser le sujet sur le bout des doigts. Je n'ai que des connaissances théoriques. Par contre, je veux apprendre et il n'y a rien d'impossible à celui qui veut se donner de la peine. En plus, je suis bien entouré donc ça se passera bien. Je me retrousse les manches et en avant.

Le démontage

Le carburateur est maintenu au bloc moteur par 3 vis. Un joint en liège assure l'étanchéité de la liaison. Je m'occuperai de lui en tout dernier lieu.

img-0011.jpgD'abord la culasse. Dévisser les 4 vis qui la retiennent au cylindre, ça c'est facile.

img-0015.jpg

img-0016.jpgUne fois le moteur ouvert, prendre la précaution de repousser le piston vers le bas.

Le démontage et la dépose du cylindre se sont passés sans encombre puisque le moteur n'était pas bloqué. Au moment du décapage, je passerai la caméra USB à l'intérieur pour vérifier qu'il n'y ait pas d'arrachement de matière ou de dégradation particulière. Je n'ai pas d'instrument de métrologie mais une petite inspection devrait m'apporter quelques lumières sur la question.

img-0020.jpgLa jupe du piston présente côté sortie échappement des tâches marron qui m'interrogent quant à a la segmentation. De toute façon, j'avais l'intention de la refaire et ça ne coûte pas une fortune.

img-0024.jpgUne fois les clips latéraux enlevés, l'axe du piston a refusé de s'extraire de son logement. Ne pas oublier la règle N°1. La chaleur est mon amie. J'ai chauffé l'axe au décapeur thermique et oh miracle... il est venu tout seul.

img-0025.jpgSur cette photo, il manque la deuxième goupille latérale. Elle est juste rangée à l'abri

Restait à démonter le pignon d'entraînement de la chaîne et le volant magnétique.

Bien sûr, le pignon n'a rien voulu savoir et pour cause. Il est emmanché sur l'axe cylindro conique du vilebrequin.

img-0027.jpgPour le déloger. il a fallu...la chaleur. J'ai chauffé la soie du vilebrequin, toujours au décapeur thermique et à l'aide d'un arrache volant et de quelques coups de maillet appliqués avec précaution, le pignon a lâche prise.

img-0029.jpgA noter que l'axe du vilebrequin est équipé d'un ergot métallique amovible en forme de demi lune, pour éviter que le pignon ne tourne sur son axe. Pour enlever l'ergot, il suffit de taper avec un tournevis, soit en haut, soit en bas de l'ergot, pour qu'il se soulève et se libère de son axe.

img-0030.jpg

Restait à tomber le volant magnétique.

Cet oiseau là s'est montré très souple à la fin mais le début n'a pas été simple. Une fois enlevé les 3 vis de carter du volant, nous voilà face à un écrou qui a résisté autant qu'il a pu et mais qui finalement a bien voulu faire quelques mouvement. Sauf qu'autour de la l'écrou, il y a une bague centrale, munie de deux ergots, qui rapidement à bloqué la rotation de l'écrou...Mais qu'est ce que c'est encore que ce truc ?

img-0013.jpgJe l'ai montré à des amis mécano mais aucun ne connaissait ce procédé, qui n'est plus employé aujourd'hui. Alors, J'ai lancé une bouteille à la mer, sur le forum de la vie de la moto, ma revue fétiche qui encombre toutes les semaines ma table de chevet.

Amis lecteurs, sur ce forum, il y a du lourd, du très lourd, des gens à qui il est inutile d'apprendre la musique car ils connaissent la partition sur le bout des doigts. J'ai eu des réponses au bout de quelques minutes seulement !!! Réponses claires et efficaces. La bague centrale sert d'arrache volant. Il faut continuer à dévisser, même si ça force ( raisonnablement bien sur ) jusqu'à ce qu'un « clac » se fasse entendre. Là, à chaque tour d'écrou, le volant se libère jusqu'à laisser apparaître le générateur. Encore une fois, merci les gars.

Le générateur est fixé au bas moteur grâce à deux vis qui s'accrochent désespérément à la vie lorsqu'on veut les démonter.

img-0044.jpgImpossible d'utiliser le décapeur thermique sans craindre d'abîmer les bobines. Alors, avec beaucoup de précautions, j'ai tapé au marteau sur le tournevis, ce qui a débloqué les vis récalcitrantes. Quand il n'y a pas le choix, il faut ce qu'il faut.

Quant au bas moteur, il est conçu en deux parties assemblées par 3 vis. Une fois dévissées, le moteur ne s'ouvre pas comme par magie ( ce serait trop simple ) car les roulements emmanchées sur le vilebrequin empêche l'ouverture. Il faut...la chaleur, chauffer la soie du vilebrequin au décapeur pour dilater le métal. Ensuite, glisser des tournevis ou autres objets métalliques fins entre les interstices des deux parties du bas moteur pour faire levier et l'entrouvrir, en prenant la précaution d'agir en même temps sur chaque tournevis pour que la pression de travail soit uniforme et équilibrée sur toutes la surface des pièces.

img-0039.jpgAttention, le bas moteur est fait d'un alliage léger, selon moi, facilement détèriorable.

Le but est de faire un interstice assez grand pour pour pouvoir installer les griffes de l'arrache volant, en oubliant pas de chauffer les soies de vilebrequin au moment d'actionner l'arrache volant.

img-0053.jpgQuant au démontage des roulements, encagés dans leur logement du bas moteur,  un article sur un forum parlait de chauffer le métal du carter tout autour du roulement. La dilatation des métaux par la chaleur faisant le reste, le roulement devair se libérer de lui même. J'ai posé le carter à plat sur mon établi, face extèrieure visible, roulement non apparent.  J'ai chauffé le métal de la cage du roulement avec le décapeur thermique, sans résultat. 500 ° n'ont pas suffi à le libérer. Alors j'ai pris les grands moyens, à savoir la lampe à souder. 1750° c'est déjà plus convaincant. j'ai eu des appréhensions, celle de voir mon carter porté au rouge ou se déformer. C'est ridicule mais logique quand c'est la première fois que l'on se sert de ce type de machine infernale. Et ben, l'article sur le forum ne mentait pas. Le carter n'a pas été affecté par la température et les roulements se sont détachés et son tombés sur l'établi...de leur propre poids. C'est la bonne méthode.

img-0055.jpgJe ne suis pas parvenir à désolidariser la bielle de l'axe du vilebrequin. Je suis seulement parvenu à dévisser l'écrou de serrage mais le reste n'a pas voulu suivre. On dirait qu'il faut une force pas possible pour y parvenir. Je ne suis donc pas allé plus loin. Je vais chercher la cause sur le net et si problème il y a, il y a forcément une solution.

img-0054.jpgMalgré tout, de tous les sites que j'ai pu voir, aucun n'avait désolidarisé la bielle du vilebrequin. Il doit y avoir une raison. Alors prudence.

Commentaires (3)

1. Herbé Ulrich 12/03/2012

Il y a très certainement un filetage dans la masselotte du vilebrequin. Il vous faudrait essayer de dévisser la vis qui maintiens le vilebrequin. L'écrou servirait de contre serrage. Afin que l'axe ne se dévisse par avec la rotation moteur.

2. Daniel Dupuys 23/05/2012

L'axe a de fortes chances d'avoir été monté à la presse si il est cylindrique entre le filetage et la portée de bielle, assez vraisemblable aussi un montage sur portée conique serré en place par le filetage. Dans tous les cas pour ne pas fausser l'embiellage, le confier à un motociste équipé pour la remise en état des vilos de motos de cross en particulier.
Un petit conseil pour démonter des pièces serrées sur des arbres: chauffer la pièce par la périphérie et non l'arbre lui même , c'est plus efficace surtout si la pièce est de même métal que l'arbre (acier ). Bon courage.

3. Ledoc31 24/05/2012

Merci pour les encouragements et il y en a besoin surtout à la première machine
Je n'ai pas fait procéder au désassemblage du vilo car ce ne me semblait pas une priorité vitale mais je garde le conseil sous le coude en cas de besoin
merci encore

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site