Le réservoir - Mastic

capture-du-2011-12-24-16-51-40.pngLe 03 juin 2012

Et maintenant le mastic, car j'ai des creux dans la tôlerie du réservoir. C'est pas humain ce que cette bestiole m'aura fait baver. Ce n'est pas une mince affaire quand on ne l'a jamais fait. Surtout que sur le net, les commentaires parlent d'un temps certain pour bien maitriser cette pratique. Le point de départ, c'est le mastic de remplissage. Je l'ai trouvé chez NORAUTO, 12 euros les 400 ml. C'est un mastic de trés belle qualité ( car apparemment, il y a mastic et mastic ). Attention au durcisseur livré avec. La proportion est de 2 à 4 % et j'ai trouvé bien difficile de doser 4 % d'une petite quantité. Bref, j'ai fait au mieux. Quand on en met trop, ça durcit à une vitesse inappropriée au novice que je suis.

img-0031.jpgJ'ai étalé le mastic et son durcisseur à la spatule. Ce n'est pas une grosse difficulté mais il faut être généreux à l'étalage car c'est plus facile d'enlever de l'excédent que de combler encore le trou par manque de matière.

img-0029-1.jpgCe qu'il y a de contraignant, c'est le temps de séchage, de 2 à 3 heures. Imaginez le temps qu'il faut pour une petite retouche de 5 minutes. C'est comme ça!!!

Ensuite on, ponce pour élaguer ce qu'il y a en trop et redonner au réservoir une forme plus orthodoxe. Je trouve extraordinairement compliqué de parvenir à reconstituer la forme originale à l'identique, comme le sens incurvé d'une surface, car c'est un métier qui s'apprend et que je n'ai pas appris. On fait au mieux et on arrive à un résultat correct et acceptable. On bouche les trous quoi!

Ensuite, j'ai du me procurer, dans la même marque et au même endroit du mastic de finition. 

img-0039-1.jpgcar il y a des imperfections de surface, surtout des micros trous, qui me contrarient.

img-0034.jpgOn procède par plusieurs étapes, jusqu'à obtenir un résultat acceptable. Il faut de la patience car on ne peut pas réussir au premier coup. Alors c'est reparti pour 5 minutes de retouches et 3 heures d'attente.

capture-du-2011-12-24-16-51-40.pngLe 06/06/2012

La phase mastic est terminée, J'ai débarrassé l’extérieur du réservoir de toute la poussière de ponçage accumulée pendant le travail et ça en fait de la poussière. Ne pouvant utiliser de l'eau par crainte d’abîmer le mastic, j'ai passé un chiffon propre et un pinceau entre les interstices de la plaque du grippe genoux et visiblement, ce n'était pas suffisant.

Je crois surtout que j'ai été pressé d'en finir, avec ce maudit réservoir que je traînais comme un boulet depuis des mois. Conclusion: Une fois la première couche de RUSTOL passée, le résultat a été déplorable. Il y avait à la surface du réservoir comme des rugosités et en prime presque un effet peau d'orange. Détestable!!! Alors, comme faire et défaire, c'est travailler, j'ai re décapé le réservoir avec ma brosse rotative acier sur perceuse ( j'avais vraiment l'impression de décaper du plastique. Le RUSTOL, quand ça tient ça tient ) j'ai  nettoyé les imperfections de surface avec de la laine d'acier 000 et j'ai repassé une couche du RUSTOL, qui maintenant est tout à fait présentable.

Je crois qu'il faut savoir faire des breaks quand on en a marre. Moi, j'ai toujours eu du mal avec cette idée, j'ai l'impression que je perds mon temps en glandant, que rien n'avance et que j'augmente le risque d'échec. J'ai pas dit que j'avais raison!!!

Ce soir, la seconde couche de RUSTOL et le réservoir est terminé.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×